1936 – Naissance de René GABEN à Rodez. Ses parents, tous les deux infirmiers à l’hôpital psychiatrique, l’enfant est confié à sa grand-mère.

1940 – Va à l’école Notre Dame à Rodez, école paroissiale de la cathédrale.

1942 – Enfant, René est témoin de l’arrivée des troupes allemandes à Rodez. « cela reste pour moi un souvenir étrange et prégnant ».

1949 – Est admis au collège technique Monteil à Rodez. Initié au dessin industriel, il n’en continue pas moins de dessiner et de peindre. Fréquente un cours d’Art privé à Rodez. Scolarité sans histoire, les études et les pratiques d’un établissement d’enseignement technique étrangères au domaine de l’Art. René Gaben pratique le rugby au sein de l’équipe du collège.

1955 – Fin des études, entre à l’entreprise Forclum comme aide/géomètre

1956 – Gagne Paris, et travail à Genevillliers au bureau d’étude de l’usine « Le carbone Loraine ». En novembre, appelé sous les drapeaux, est incorporé à la base aérienne 707 à Marrakech au Maroc.

1958 – Versé dans l’infanterie, gagne la 129ème RI. au sud de Sidi-Bel-Abbès en Algérie. Sous-officier il participe aux opérations dites de « maintient de l’ordre ».

1959 – Libéré, il réintègre la Sté « Le Carbonne » à Genevilliers.

1962 – Engagé dessinateur projeteur à la Compagnie Pechiney à Gardanne.

1964 – Passionné de navigation à voile, suit un stage  au centre Nautique des Glénans, comme moniteur.

1965 – Epouse Paule, qu’il a rencontré au cours d’un séjour de ski dans les Alpes du sud. Ils auront 3 enfants.

1981 – Suite à un quotidien professionnel peu satisfaisant, Gaben renoue avec sa passion de jeunesse, c’est un retour à la peinture.

1982 – Présentation de 5 tableaux au salon annuel des artistes Gardannais. Succès immédiat assez inattendu de sa part. Exposition personnelle, bibliothèque municipale, Gardanne.

1983 – Exposition personnelle, office municipal de la culture – Gardanne.

1984 – Exposition personnelle  usine Shell, Lavera. 

1985 à 1991 – Expositions de groupe en Provence et à Albi. 

1992 – Salon de Mai – Grand Palais – Paris.

1993 – Salon de Mai  – Grand Palais – Paris. 

1993 – Découvre l’œuvre d’Heidegger par l’intermédiaire d’un de ses traducteurs, Frédéric de Towarnicki ; ce journaliste auteur du livre « A la rencontre de Heidegger » fait la connaissance de Gaben au vernissage de son exposition au Centre Culturel Paul Ricard en 1995. « La découverte de Heidegger ce fut un pavé qui me tombait dessus, c’était surtout le sentiment de la vérité et de la légitimité de ma peinture ».

1995 – Exposition personnelle, Centre Culturel Paul Ricard . Paris .

1997 – Lit « Cybermonde la politique du pire » de Paul Virilio . Dans son livre Virilio souligne la perte de liberté de l’homme dans la société cybernétique et la domination d’un nouveau Dieu, le « Dieu-machine ». Gaben entame une correspondance avec ce philosophe ancien Directeur de l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris.

1998 – Exposition personnelle – Chapelle Saint Sulpice – Istres.

1999 – Exposition personnelle – Espace Gaillanne Avignon.

2001 – Exposition personnelle galerie Périer. Aix-en-Provence 

2005 – Exposition personnelle à l’ I.A.E.  de Puyricard  

2006 – Entame une correspondance avec Gilbert Hottois, professeur de philosophie à l’université libre de Bruxelles et participe à l’illustration du site « Philotech ». Dans ses écrits Hottois désigne la « technicisation » de la planète et                    « l’arraisonnement technique généralisé sur fond de destruction planifiée ». 

2008 – Exposition personnelle – Cloître des Oblats – Aix-en-Provence 

2011 – Exposition galerie JPB-ART Gallery – Saint-Tropez

2013 – Exposition musée de la Création Franche. 7 tableaux de Gaben intègrent le fond du Musée.

2014 – Exposition galerie Polysémie – Marseille 

2016 –  Sous le pseudonyme de Lucien Jadot, écrit « Solstice d’hiver » récit sur son enfance et sur sa peinture. Edition L J. Provence.  A la lecture de « Solstice d’hiver » le philosophe Bernard Stiegler rend visite à Gaben à Aix-en-Provence. Le philosophe de la « disruption » met en cause l’accélération des progrès techniques et la destruction des structures sociales.

2019 – Exposition personnelle – Bibliothèque Municipale  la Méjanes à Aix-en-Provence.

2020 – Exposition personnelle à la Mairie de Rodez dans le cadre du « mois Antonin Artaud ».